Clément Dauriol, service civique au CSC :

« un moyen de s’approprier le quartier »

 

Chargé de mission Jeunesse et Citoyenneté numérique, Clément Dauriol, en service civique au Centre Socio Culturel (CSC), raconte son quotidien.

Depuis janvier et jusqu’à septembre, Clément Dauriol fait son service civique au Centre Socio Culturel de Rezé Château. Une première pour lui !

« Je voulais faire un service civique en médiation culturelle, mais finalement j’ai essayé l’animation, je suis là un peu par hasard. Mais ça me plaît, c’est hyper bien. Je n’avais jamais fait d’animation socioculturelle avant », explique cet étudiant en Master 1 de médiation culturelle, sociologie de la culture, à Nantes. «Je suis parti en voyage et je sus rentré trop tard pour m’inscrire en deuxième année. Mais à la rentrée, je reprends mes études. »

En attendant, au CSC, Clément est chargé de mission Jeunesse et Citoyenneté numérique : « il s’agit de favoriser l’expression citoyenne active, par le biais du numérique », souligne t-il. A cet effet, il travaille à partir du média citoyen « Vies d’Château », journal de quartier « par et pour les habitants » : « ce sont des bénévoles qui écrivent les articles et décident de la ligne éditoriale. Il y a beaucoup de retraités. L’idée, c’était de rajeunir les intervenants sur le média. »

Éducation aux médias

Chaque mercredi, Clément a ainsi mis en place un atelier pour les 10-14 ans, à partir duquel il fait une initiation aux médias : « c’est une éducation de base. Je rappelle par exemple l’importance de l’image sur les réseaux sociaux, je leur parle de fake news, des choses comme ça. Je leur fais faire aussi des photos, des vidéos et des articles pour les mettre en ligne sur le site. C’est un groupe de 6 jeunes, ça bouge en permanence. Ce n’est pas évident de les motiver sur un projet. »

Le reste du temps, le jeune homme, qui prend souvent de nombreuses photos des adhérents, participe à la vie du Centre Socio Culturel. « Je fais de l’animation, je donne un coup de main aux activités, je participe aux temps forts. Des temps conviviaux sont proposés aux habitants, pour qu’ils se retrouvent. Le but, c’est la convivialité. On fait des barbecues, des soirées jeux… ».

« Les fresques, ça va embellir »

De soirées qui créent du lien, comme les huit ateliers de « français et langues étrangères », organisés deux fois par semaine. « Nous avons 80 adhérents incrits. Il y a beaucoup d’adultes qui viennent prendre des cours. En général, il y a beaucoup de monde », observe Clément, qui pense que « Parade, Balade et Distorsion » va également attirer les habitants : « ça a l’air de leur plaire !»

Pour lui, « les fresques, ça va embellir un peu. Et puis, c’est un travail participatif avec les habitants, ils peuvent collaborer. C’est un moyen pour eux de s’approprier le quartier, de se sentir un peu plus chez eux. » Cest aussi tout l’enjeu du projet !

http://www.viesdchateau.fr/

Image module
div#stuning-header .dfd-stuning-header-bg-container {background-image: url(http://paradebaladeetdistorsion.com/wp-content/uploads/2017/04/dessin-PBD-site.png);background-color: #ffffff;background-size: contain;background-position: center center;background-attachment: scroll;background-repeat: no-repeat;}#stuning-header div.page-title-inner {min-height: 550px;}