La Semitan ouvre ses portes à quatre collégiens !

 

Quatre jeunes ont été accueillis par trois médiateurs de la Semitan. Au programme : un tour des lieux de l’entreprise ! L’occasion de découvrir et de monter dans le premier tramway électrique de Nantes !
Feyssan, Daniel, Karenn et Mohamed, quatre jeunes du collège Allende accueillis en stage à l’ADPS (Agence Départementale de la prévention spécialisée), ont rencontré différents professionnels la semaine du 19 au 23 juin. Dans ce cadre, le jeudi, tous sont allés découvrir la Semitan en compagnie de Sylvain, Dimitri et Cyril, conducteurs mais également médiateurs.
La visite de la Semitan a ainsi débuté dans le hall d’accueil où sont présentés trois modèles de tramways en maquettes : « Le premier tramway de Nantes a été lancé en 1984. Nantes était alors la seule ville à avoir un tramway. Comme il n’était pas assez long, deux rames ont été rajoutées. Le deuxième tram a circulé en 1992, pour l’ouverture de la ligne 2. Il comportait des portes avec un plancher bas pour les personnes handicapées et les poussettes. Le troisième a été mis en circulation en 2000 pour l’ouverture de la ligne 3 », explique Sylvain, en rappelant qu’aujourd’hui, la Semitan compte près de 100 tramways, 450 bus répartis sur trois dépôts (Trocardière, Dalby, Marcel Paul) et deux navibus.

 

Le PCC

Les jeunes ont ensuite découvert avec beaucoup d’intérêt l’endroit le plus stratégique de la Tan : le Poste de Commande Centralisé (PCC). Une salle avec des caméras partout, qui rassemble les régulateurs : « ce sont eux qui régulent le trafic à Nantes. C’est le PCC qui trace les sorties, qui donne l’autorisation et les itinéraires pour sortir. Aucune décision ne se fait sans eux. S’il n’y a pas de régulateurs, aucun tram et bus ne circulent. S’ils ne sont pas là, la ville est paralysée. Le 1er mai, c’est le seul jour de l’année où ils ne travaillent pas », précise Sylvain.
Dans les ateliers, les collégiens ont ensuite pu voir différents tramways en attente de réparation ainsi que le premier tramway électrique de Nantes dans lequel ils sont montés. « C’est la rame 144, également surnommée le Péril Jaune. À l’époque, place du Commerce notamment, les tramways passaient au milieu de la foule, il y avait beaucoup d’accidents, c’est pour ça qu’on l’a appelé Péril jaune. Il portait bien son nom ! »
Mis en circulation de 1876 à 1958, le Péril Jaune est le deuxième tram qui a circulé à Nantes : « le premier marchait à air comprimé. Mais la vapeur, c’était contraignant. Un ingénieur parisien a alors imaginé le premier tramway électrique » raconte le médiateur.

Des tickets au trajet

À l’intérieur de ce vieux tram, seules 18 places sont proposées. Avec une particularité : on peut basculer tous les sièges dans l’autre sens. À l’époque, il était déjà interdit d’y fumer mais aussi de cracher ! En plus du conducteur, un receveur était présent, qui vendait des tickets au trajet. Et pour s’arrêter à l’endroit choisi, il suffisait d’activer la petite sonnerie ! Véritable trésor, le Péril Jaune ne sort que deux fois par an dans la ville de Nantes : à l’occasion des journées du patrimoine et pour la journée portes ouvertes de la Semitan. Des rendez-vous à ne pas manquer !
Pour finir, quelques chiffres ont été donnés, comme le poids d’un tramway (40 tonnes) et le prix d’un bus (350 000 euros pour un bus standard, 500 000 euros pour un bus articulé). À noter aussi que la Semitan compte 2200 salariés (dont 1600 conducteurs) pour 50 métiers. Enfin, chaque année ce sont 160 millions de voyages qui sont effectués, et entre 26 et 30 millions de kilomètres qui sont parcourus ! Impressionnant !

Image module
div#stuning-header .dfd-stuning-header-bg-container {background-image: url(http://paradebaladeetdistorsion.com/wp-content/uploads/2017/04/dessin-PBD-site.png);background-color: #ffffff;background-size: contain;background-position: center center;background-attachment: scroll;background-repeat: no-repeat;}#stuning-header div.page-title-inner {min-height: 550px;}