Hédia Bauchet : « offrir un espace de bienveillance » aux habitants

 

Rencontre avec Hédia Bauchet, directrice adjointe du Centre Socio Culturel de la Petite Sensive, qui s’investit pour les habitants du quartier.

Après six années au Centre Socio Culturel (CSC) de la Boissière où elle exerçait la fonction de directrice adjointe en charge de l’animation des jeunes et des adolescents, Hédia Bauchet est aujourd’hui directrice adjointe du CSC de la Petite Sensive. Un poste qu’elle occupe depuis quatre ans.

« Mon rôle, c’est d’animer le secteur adultes, de monter des projets avec les habitants, de proposer des sorties culturelles, de faire de l’animation », résume t-elle. Environ 300 familles sont concernées. « Nous accueillons une cinquantaine d’enfants le mercredi et pendant les vacances scolaires. Nous faisons aussi de l’accompagnement scolaire le mardi et le jeudi », précise Hédia.

Deux après-midi par semaine, les adultes eux, investissent une salle du CSC baptisée « L’Atelier » : « c’est un lieu de rencontre pour organiser des activités, proposer des projets, les gens viennent volontiers. Ils se rencontrent et apprennent à se connaître. L’Atelier a été imaginé avec les femmes, c’est un lieu de créativité et d’initiatives. On a tout réaménagé avec de la récupération, on a fait de la couture, de la peinture… »

La place des femmes dans le quartier

Des projets en lien avec le quartier y sont imaginés et montés. Les habitants participent ainsi à des petits-déjeuners, à la Fête de quartier, proposent des soirées-débat sur des thèmes qui les préoccupent, comme l’éducation, les loisirs, la convivialité. « On a aussi fait un Printemps des voisins à la Petite Sensive, à l’initiative d’une habitante », ajoute Hédia.

Les habitants se retrouvent aussi régulièrement à l’Angle Chaillou, dans des jardins familiaux. Là, ils cultivent une parcelle puis se partagent les légumes. « On a également travaillé autour de l’Agenda 21, sur l’environnement. On a organisé un défilé avec des accessoires et des vêtements de recupération, on a proposé des saynètes sur l’environnement. Il y avait une trentaine de personnes, enfants et adultes », se souvient la directrice adjointe du CSC.

Dans un autre registre, en avril dernier, un projet d’échange entre la ville et la campagne a été mené avec la ville de Pannecé. « C’est un groupe d’initiatives plurielles, un groupe de femmes. On a travaillé sur la place des femmes dans le quartier. On a fait un échange avec d’autres femmes qui vivent à la campagne, des agricultrices, des institutrices… Tout le monde a été hébergé dans une ferme. Il y avait une trentaine de personnes avec les enfants. Ensuite, les femmes de la campagne sont venues à la Petite Sensive, à la Fête de quartier. Il y a eu des échanges intéressants », observe Hédia qui considère que la place des femmes dans le quartier est importante : « il faut occuper la place et bien vivre dans le quartier. »

Image module

« Les gens sont sympas »

Un quartier qu’elle apprécie quotidiennement : « c’est agréable, il y a de la verdure, des commerces, des écoles à proximité. Je m’y plais bien. Les gens sont sympas, il y a des choses à faire, plein d’initiatives à avoir. Je trouve qu’il y a de la vie, les gens font des choses. C’est important d’avoir un regard positif, de tout valoriser, ça aide dans notre démarche de porter un regard positif sur les gens », note t-elle.

Pour sa part, Hédia vit du côté de Chantenay-Bellevue. Mère de quatre enfants, conseillère régionale de 2010 à 2015 chargée des échanges internationaux, elle n’a jamais quitté Nantes depuis son arrivée de Tunisie, à l’âge de de 12 ans : « j’aime beaucoup cette ville. Je m’y trouve bien. Je suis installée avec ma famille, mes enfants, mon travail. Je suis aussi militante au niveau de l’accès à la culture, je suis investie dans la vie associative, je participe à beaucoup de projets, sur des thèmes comme le cadre de vie, l’école, l’accès à l’éducation pour tous, la culture. »

Le projet « Parade, Balade et Distorsion », avec deux fresques d’Ador et Semor rue du Honduras, est donc plus que bienvenu pour elle : « c’est intéressant d’associer les habitants à un projet artistique, c’est une bonne initiative. Plus on offre d’activités culturelles aux habitants, mieux c’est. C’est une proposition accessible et c’est important d’amener la culture dans le quartier. »

À la Petite Sensive, Hédia ne cesse d’ailleurs de « proposer des choses », de « mettre en valeur les habitants et leurs initiatives »: « il faut aller vers eux, proposer, écouter, offrir un espace de bienveillance. Il faut ouvrir les portes, discuter, échanger, accompagner les gens pour qu’ils puissent mieux vivre dans leur quartier. » Un bel investissement !

div#stuning-header .dfd-stuning-header-bg-container {background-image: url(http://paradebaladeetdistorsion.com/wp-content/uploads/2017/04/dessin-PBD-site.png);background-color: #ffffff;background-size: contain;background-position: center center;background-attachment: scroll;background-repeat: no-repeat;}#stuning-header div.page-title-inner {min-height: 550px;}